Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Hommes

de Dieu
Historique / Date de Construction Nef et chœur intérieurs
Destructions / « 1914-1918 » Façade intérieure
Chiffres Fenêtres / Roses / Vitraux
Façade Exterieure Ouest Ornements & Mobiliers liturgiques

Nef / Transepts / Chevet

Sacres des rois de France
Coupe et élévation Horloge et Carillon
Mécénat des Vignerons & Maisons de champagne Spectacle son et lumière
Galerie de Photos
Revers de la façade occidentale

- Sculpté de végétaux et de cinquante-deux personnages (généalogie et Avent du Christ) que l’on peut dater autour de 1260
- Projeté déjà par Jean le Loup dans les grandes épures et exécuté par Gaucher de Reims après différentes modifications.

 

“Portail royal”

Il s’agissait pour l’architecte et pour l’archevêque commanditaire de construire un véritable arc de triomphe à l’intention du roi sortant de la cathédrale, immédiatement après la cérémonie de son sacre : Philippe III, successeur de Saint Louis, sacré le 15 août 1271, sera le premier à passer sous cette arche monumentale.

Bruno Chauffert-Yvart.

 

Galerie vitrée du triforium

Un Sacre - le roi, entouré de pairs ecclésiastiques et laïques, est au centre; il est revêtu de son manteau fleurdelisé.

 

 

Vie de Marie

voir détail ici

Dieu, dans le buisson ardent, apparaît à Moïse (côté droit du registre)
La fuite en Egypte : un ange presse Marie et Joseph de partir (côté gauche du registre)

Massacre des innocents.

Hérode ordonne d’éliminer les nouveaux nés mâles.

La crèche présentée par Isaïe - image de prophétie.

Anne et Joachin (parents de Marie) à la porte dorée du Temple de Jérusalem.

Annonce de la naissance de Marie à Anne et Joachin.

Deux prophètes et un roi couronné. (le personnage central porte le bonnet des Juifs et déroule un phylactère, Isaïe ? à sa gauche Jean- Baptiste ou Malachie ? à sa droite David, roi et prophète)

 

Vie de Jean-Baptiste

voir détail ici

Prédications du Christ

Baptême du Christ flanqué de deux anges.

Annonce faite par un ange à Zacharie et à Elisabeth de la naissance de Jean-Baptiste.

Jean-Baptiste, entre deux disciples, présente l'Agneau de Dieu.

Jean-Baptiste reproche à Hérode d'avoir contracté une union illégitime avec Hérodiade.

Jean-Baptiste entouré de deux prophètes : "déjà la cognée se retrouve à la racine des arbres; tout arbre qui ne produit pas de fruits va être coupé et jeté au feu"

Melchisédech, grand prêtre et roi de Salem offrant le pain et le vin à Abraham qui revient de la guerre. Préfiguration de l'Eucharistie "La communion du chevalier"

Trumeau Saint Nicaise, l'évêque fondateur, décapité en 408 par les Vandales, sur le seuil de sa cathédrale.
Linteau Martyre de Jean-Baptiste (à droite : - Hérodiade assise suggère à Salomé de demander la tête du prophète, - les bourreaux accomplissent leur besogne et ensevelissent le corps; à gauche : l’histoire des reliques - Hérodiade, de peur que le saint ressucite, fait rechercher la tête - les ossements sont brûlés sur ordre de l’empereur Julien l’Apostat en 361, un petit démon ricane dans les flammes. Parmi les personnages qui ont procédé à l’exhumation se trouve le moine qui réussit à subtiliser des fragments.)
Ebrasements Deux soldats en armes et deux anges (avec polychromie)

 

Le revers s’inscrit dans le programme iconographique du portail central, marial, et de la façade toute entière. On peut appliquer la méthode médiévale qui scrute l’Ecriture pour en tirer quatre sens : - le sens littéral, relatif à l’histoire qui nous est racontée; - le sens allégorique, découvrant dans la pénombre de l’Ancien Testament l’annonce du Nouveau, ce que l’on appelle les préfigures; - le sens tropologique, tirant des scènes représentées une application morale; - le sens anagogique, se rapportant à la gloire éternelle à laquelle nous sommes appelés. “La lettre enseigne les faits, l’allégorie ce qu’il faut croire, la tropologie ce qu’il faut faire, l’anagogie ce vers quoi il faut tendre”.

Nicolas de Lyre