Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Hommes

de Dieu
Historique / Date de Construction Nef et chœur intérieurs
Destructions / « 1914-1918 » Façade intérieure
Chiffres Fenêtres / Roses / Vitraux
Façade Exterieure Ouest Ornements & Mobiliers liturgiques

Nef / Transepts / Chevet

Sacres des rois de France
Coupe et élévation Horloge et Carillon
Mécénat des Vignerons & Maisons de champagne Spectacle son et lumière
Galerie de Photos
Cathedrale en chiffres

> Lien vers le site originel "Vitrail du Champagne"

> Lien vers le site originel "Horloge et Carillon de la Cathédrale"

> Lien vers le site originel "Statuaire du portail central de la Cathédrale"

> Lien vers le site originel Statue du "Beau dieu"

 

Sans la cathédrale de Reims, l'image des Champagnes ne serait pas ce qu'elle est devenue aujourd'hui. Avant d'être reconnu comme le Roi des vins, les Champagnes se contentent longtemps de n'être que le vin des Rois. Il coulait à flots à l'occasion des sacres depuis le couronnement en 1374 de Charles VI de Valois. C'était là un bon départ. Avec cette prestigieuse référence, il s'avéra facile d'en gagner d'autres. Les Champagnes pouvaient, dès lors, sortir de leurs frontières régionales et entamer une expansion qui s'est poursuivie au fil des siècles.

Présentant cette complicité à venir entre la cathédrale et notre grand vin, les artistes du Moyen-Age ont rendu un hommage appuyé à la vocation viticole de notre province. Des pampres de vigne décorent chapiteaux et balcons du plus célèbre des monuments gothiques, pendant que l'ange du porche gauche de sa face ouest contemple avec un attendrissement gourmand la coupe de vin qu'il s'apprête à consommer.

Puisque la cathédrale a donné au Champagne ses lettres de noblesse, nous avons contracté envers elle une reconnaissance que le temps ne peut éteindre. Aussi n'est-ce que justice si, en maintes occasions, Vignerons et Maisons sont venus ajouter leur pierre à l'oeuvre des premiers bâtisseurs. Paul Valéry a écrit de la mer qu'elle était "sans cesse recommencée". Ainsi en est-il de la restauration de la cathédrale, tâche permanente qui, à chaque génération, sollicite notre aide.

Non contents de venir verser leur sang pour nous libérer des occupants, nos alliés américains ont fait preuve de générosité en finançant les recontructions. Notre gratitude va plus particulièrement vers la Fondation Rockefeller à laquelle la Cathédrale actuelle doit tant ! Vignerons et Maisons de Champagne sauront suivre ce bel exemple. En contribuant à la préservation d'un des biens les plus précieux de notre patrimoine national, ils permettent que l'on y chante avec force la gloire de Dieu et, pourquoi pas, "mezza voce", celle des Champagnes ?

 

Claude TAITTINGER (voir la biographie)