Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Hommes

de Dieu
Historique / Date de Construction Nef et chœur intérieurs
Destructions / « 1914-1918 » Façade intérieure
Chiffres Fenêtres / Roses / Vitraux
Façade Exterieure Ouest Ornements & Mobiliers liturgiques

Nef / Transepts / Chevet

Sacres des rois de France
Coupe et élévation Horloge et Carillon
Mécénat des Vignerons & Maisons de champagne Spectacle son et lumière
Galerie de Photos
Reims / Cathedrale de Reims / Cathedrale des Sacres en Champagne

 

Abside n.f. Extrémité du chœur d’une église, de forme incurvée ou à pans.
Absidiole n.f. Chapelle rayonnante qui se développe sur le pourtour du déambulatoire.
Appareiller v. Tailler des pierres en vue de les assembler.
Arc n.m. Nervure constituée de pierres (les claveaux) montées suivant des lignes rayonnantes à partir d’un axe. Il peut être en plein cintre si son tracé est en demi-cercle ou brisé s’il est formé de deux segments de cercles de centres différents, affrontés à la clé.
Arc d’ogive n.m. Nervure en pierre, en diagonale, qui soutient la voûte d’une travée.
Arc doubleau
(ou doubleau)
n.m. Nervure de pierre séparant deux parties de la voûte en berceau ou délimitant deux compartiments voûtés consécutifs (l’espace entre deux doubleaux correspond en général à une travée de vaisseau).
Arc formeret n.m. Arc latéral d’un compartiment voûté, inséré dans un mur et parallèle à l’axe du vaisseau.
Arcade n.f. Ensemble composé d’un arc et des montants qui le soutiennent
Grande arcade : arcade entre un vaisseau central et un collatéral.
Arcature n.f. Suite de petites arcades réelles ou simulées dans un mur.
Arc-boutant n.m. Construction en forme de demi-arc, à l’extérieur de l’édifice, pour neutraliser la poussée des voûtes gothiques, en les reportant sur de puissants contreforts formant culée. Il peut être à deux niveaux et/ou à double volée.
Archivolte n.f. Ensemble de voussures d’une fenêtre ou d’un portail ou arc surmontant l’ensemble des voussures.
Astragale n.m. Dans une colonne, moulure marquant la limite du chapiteau et du fût, en général tenant à ce dernier.
Atlante n.m. En architecture, statue d’homme servant de support vertical. (caryatide : statue féminine)
Baptistère n.m. Petit édifice ou partie d’une église où se pratique le baptême.
Berceau n.m. (voûte en berceau) Voûte en forme de tunnel engendrée par une succession d’arcs de même travée
Cantonné adj. Un pilier est cantonné lorsque ses angles saillants reçoivent des colonnes engagées
Chambranle n.m. Cadre servant d’ornement à une baie ou à une porte et formée de deux montants verticaux (piédroit) joints au sommet par un élément horizontal (linteau).
Chapiteau n.m. Volume de pierres ouvragées, situé au sommet d’un pilier ou d’une colonne.
Chevet n.m. Extrémité orientale d’une église, désignant d’une manière générale l’architecture extérieure de l’édifice.
Chœur n.m. Partie d’une église réservée au clergé, situé à l’intersection de la nef et des transepts
Claveau n.m. Pierre taillée en forme de coin d’un arc, d’une voûte (Syn. Voussoir). Le sommier est le premier claveau d’une voûte.
Clef de voûte n.f. Pierre placée à l’intersection des nervures qui soutiennent une voûte à la croisée des claveaux.
Collatéral n.m. Nom donné aux nefs latérales dans la mesure où la hauteur n’est pas inférieure à celle de la nef principale.
Bas-côtés ou nefs latérales.
Comble n.m. Faîte d’un bâtiment, comportant charpente et toit ; espace intérieur correspondant.
Contrefort n.m. Massif maçonné en saillie adossé à un mur extérieur pour le renforcer.
Crochets n.m. Ornements d’architecture en forme de crosse végétale.
Croisée n.f. Partie de plan carré ou rectangulaire située au centre de la croix, à l’intersection de la nef, du chœur et du transept.
Croisillon n.m. (nord et/ou sud) Ils constituent les bras du transept de part et d’autre de la croisée.
Crypte n.f. Construction voûtée à demi enterrée, placée sous le sanctuaire de l’église.
Cul de lampe n.m. Pierre saillante, en forme de pyramide renversée qui sert à supporter une base de colonne ou de statue.
Culée d’arc-boutant n.f. Massif de maçonnerie destinée à contenir la poussée latérale de la voûte d’un édifice par le biais des arcs-boutants.
Dais n.m. Voûte saillante au-dessus d’une statue à la manière d’un baldaquin.
Déambulatoire n.m. Galerie circulaire qui contourne le chœur et qui facilité la circulation entre les bas-côtés. Il permet de surcroît d’accéder directement aux chapelles absidiales.
(en) Délit Se dit d’une pierre posée de telle manière que ses lits de carrière se trouvent verticaux.
Ebrasement n.m. Elargissement progressif en oblique d’une baie ou d’un portail.
Ecoinçon n.m. Espace triangulaire dans l’angle formé par la courbure d’un arc et le mur qui lui est contigu.
Empattement n.m. Epaisseur de maçonnerie à la base d’un mur.
Enfeu n.m. Caveau funéraire placé généralement dans le chœur d’une église et qui affectait la forme d’une niche.
Engagé
(colonne)
adj. Se dit d’une colonne ou demi-colonne qui se fond dans un mur ou dans une colonne plus large
Extrados n.m. Face convexe et extérieure d’un arc, d’une voûte.
Fleuron n.m. Ornement en forme de fleur ou de bouquet de feuilles stylisées.
Formeret n.m. Arc latéral d’un compartiment voûté, inséré dans un mur en parallèle à l’axe du vaisseau.
« Arc formeret ».
Fût n.m. Corps d’une colonne compris entre la base et le chapiteau.
Gâble n.m. Fronton décoratif triangulaire en pierre, posé sur l’arc d’une baie en ogive (portail gothique).
Glacis n.m. Pente pour l’écoulement des eaux pluviales.
Gouttereau adj. Se dit d’un mur qui porte un chéneau ou une gouttière, par opposition à un mur pignon
Griffe n.f. Au Moyen Âge, ornement sculpté sur le dessus des angles de la plinthe d’une colonne.
Grisaille n.f. Vitrail monochrome. Technique d’ornementation qui consiste à contenir le dessin dans la limite des plombs, excluant quasiment l’utilisation de verres de couleur
Iconographie n.f. Ensemble de représentations imagées d’un sujet donné.
Intrados n.m. Face intérieure et intérieur d’un arc, d’une voûte (par opposition à extrados)
Jubé n.m. Clôture monumentale élevée entre la nef et le chœur liturgique. Il sert de séparation entre le chœur des chanoines et les fidèles.
Le jubé de la cathédrale de Reims du XVe siècle fut démoli en 1744. La contre-réforme catholique a rétabli la participation des fidèles au mystère eucharistique.
Labyrinthe n.m. Pavage en méandre, avec incrustation de plomb.
Les symboles « de la montée du Christ au calvaire » et « du cheminement du chrétien en quête de son salut » lui ont été attribué.
Le labyrinthe de Reims fut détruit au XVIIIe siècle. Il présentait, au centre un archevêque, aux quatre coins quatre architectes exerçant leur art.
Lancette n.f. Fenêtre simple étroite se refermant en arc brisé.
Linteau n.m. Partie supérieure transversale d’une ouverture, servant à soutenir la maçonnerie au-dessus de cette ouverture en reportant la charge sur les points d’appui latéraux. Il peut être nu ou historié.
Lobe n.m. Découpure concave en arc de cercle dont la répétition sert à composer certains arcs et rosaces.
Meneau n.m. Elément de pierre qui sépare une fenêtre en deux ou quatre parties.
Merlon n.m. Partie pleine d’un parapet entre deux créneaux.
Nef n.f. Corps principal d’une église qui relie la façade occidentale au chœur (au niveau de la croisée du transept).
Oculus n.m. Petite baie à tracé circulaire ou ouverture dans le remplage des arcatures et des baies
Ogive n.f. (voûte d’ogive) Arcs diagonaux qui se croisent et forment des nervures de renfort sous une voûte. Quatre nervures semblables se croisant au sommet de la voûte forment une croisée d’ogive.
Passage n.m. (passage champenois) Ouverture dans l’épaisseur d’un mur, d’un pilier, d’un contrefort, permettant de circuler au pied du fenestrage.
Piédroit n.m. (ou pied-droit) Montant latéral, vertical, supportant la naissance d’une arcade ou un linteau (Syn. Jambage, montant).
Pignon n.m. Construction triangulaire située au sommet d’un mur et qui supporte le faîtage.
Pilastre n.m. Pilier adossé à un mur, formant une légère saillie.
Pinacle n.m. Clocheton pyramidal qui charge une culée et qui contribue, par son poids, à consolider l’édifice.
Registre n.m. Bande sculptée où sont inscrits certains faits ou actes dont on veut conserver le souvenir.
Redan ou redent n.m. Découpure de pierre en forme de dent, dont la répétition constitue un ornement.
Remplage n.m. Armature de pierre subdivisant une fenêtre ou une rose, dans le style gothique.
Ressaut n.m. Rupture d’alignement, notamment liée à une avancée ou à un renforcement de l’édifice.
Saillie interrompant un plan horizontal.
Rose ou rosace n.f. Vaste baie circulaire qui laisse largement pénétrer la lumière dans l’édifice et qui s’oppose ainsi à l’oculus qui est une ouverture de petite dimension.
Scotie n.f. Gorge séparant deux tores sur la base d’une colonne, le tore inférieur étant plus saillant que le tore supérieur.
Sommier n.m. Claveau qui se pose le premier dans la construction d’un arc ou d’une voûte, sur chacun des piédroits.
Stalle n.f. Sièges fixes, en bois à dossier élevé, dans le chœur d’une église, réservés aux membres du clergé.
Tabernacle n.m. Niche renfermant une statue, placée sur une culée d’un contrefort et coiffée d’un pinacle.
Tailloir n.m. Tablette assise plus ou moins saillante qui couronne un chapiteau (Syn. Abaque)
Tore n.m. Grosse moulure ronde, de forme circulaire, pratiquée ordinairement à la base d’une colonne.
Transept n.m. Construction transversale qui coupe perpendiculairement la nef, communiquant à l’édifice une forme de croix (il comprend la croisée et les croisillons).
Travée n.f. Partie de la nef construite entre deux piliers. La nef est constituée d’une succession de travées
Triforium n.m. Galerie étroite située au-dessus des grandes arcades, ouverte sur le volume intérieur de l’édifice. La hauteur du triforium correspond à la couverture des bas-côtés.
Tribune n.f. Galerie haute placée au-dessus des bas-côtés de la nef.
Trumeau n.m. Pilier, le plus souvent sculpté, qui contient en son milieu le linteau d’un portail.
Tympan n.m. Espace d’un portail, orné généralement de sculptures, compris entre le linteau et l’arc ou voussure.
Vaisseau n.m. Espace intérieur allongé occupant la plus grande partie de la hauteur d’un édifice voûté.
Vantail n.m. Partie mobile d’une porte pivotant sur un de ses bords.
Volée
(arc-boutant)
n.f. (arc-boutant à double volée) Type d’arc-boutant comportant une pile intermédiaire avant la culée.
Voussures n.f. Arcs d’encadrement d’un portail en retrait les uns des autres. Chacun des cordons constituant l’archivolte d’un portail.
Voûtain n.m. Portion de voûte délimitée par des arêtes ou par des nervures.
Voûte n.f. Ouvrage de maçonnerie cintré couvrant un espace entre des appuis.
- Berceau cintré lorsque la voûte est semi-cylindrique
- Berceau brisé lorsque deux pans concaves se rejoignent en pointe au fait.
- Voûte d’ogive : elle peut être quadripartite ou sexpartite (selon qu’elle croise 2 ou 3 ogives, dessinant 4 ou 6 voûtains).