Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Hommes

de Dieu
Historique / Date de Construction Nef et chœur intérieurs
Destructions / « 1914-1918 » Façade intérieure
Chiffres Fenêtres / Roses / Vitraux
Façade Exterieure Ouest Ornements & Mobiliers liturgiques

Nef / Transepts / Chevet

Sacres des rois de France
Coupe et élévation Horloge et Carillon
Mécénat des Vignerons & Maisons de champagne Spectacle son et lumière
Galerie de Photos
Chevet

Huit contreforts délimitent sept chapelles. (voir image)

La chapelle axiale, plus profonde, et les quatre chapelles rayonnantes possèdent chacune trois fenêtres à deux lancettes surmontées d'une rose à six lobes.

Sur les culées principales et intermédiaires au-dessous de la première arcature, onze anges portant le pain, le calice, le livre des Evangiles, des encensoirs, couronnes et sceptres (v. 1220).

Le Christ enseignant s'intercale entre deux anges (cinq à droite, six à gauche).

 

Une haute arcature ajourée, que Viollet-le-Duc, vers 1860, a garnie sur deux chapelles, d'animaux (licorne, hibou, bœuf, cheval, sirène, chat, lion, cigogne, éléphant..) couronne les chapelles et en masque les toitures.

Chaque contrefort supporte un clocheton-tabernacle habité d'un ange aux ailes déployées. Leur réalisation peut se situer entre 1230 et 1260. (Les huit anges autour du chevet et les sept de part et d'autre de la nef font une garde d'honneur autour de Notre-Dame).

Du contrefort s'élance vers la nef une double enjambée d'arcs-boutants à volées superposées et culée intermédiaire, à pinacle remanié par Viollet-le-Duc.

Au-dessus des arcs-boutants, des atlantes supportent la corniche de la galerie haute, ils ont emprunté leurs traits aux ouvriers du chantier. La rangée d'atlantes se poursuit également de chaque côté de la nef.

A la base de cette galerie, une rangée de gargouilles et, à son sommet au niveau du chéneau du toit, une rangée de rapaces. Viollet-le-Duc a ajouré et garni de merlons la galerie haute du chevet, qu'Henri Deneux a rétablie, après sa destruction en 1914, sous sa forme première, en rendant de nouveau aveugles les arcatures de la balustrade. Une galerie haute ajourée se poursuit sur les deux faces de la nef.

Le clocher "à l'ange" octogonal est supporté par huit statues de plomb de personnages de diverses classes de la société. Ce clocher entièrement détruit en 1914-1918 a été reconstruit à l'identique par Henri Deneux.

A la flèche du clocher se dresse une croix présentée par l'Ange qui tourne selon la direction du vent.

 

 

Chevet Statuaire

Les chapelles rayonnantes, insérées entre les contreforts, sont couronnées d’une balustrade d’arcatures ajourées en arc brisé, surmontée d’animaux fantastiques, disposés par Viollet-le-Duc en 1860. Sur les culées principales et intermédiaires, onze anges (v. 1220) et le Christ enseignant.